Enjeux, justifications et portée de la thèse du caractère exploitatif du capitalisme

Emmanuel Renault, Université Paris Nanterre

Cet article soutient que la thèse du caractère exploitatif du capitalisme doit continuer à être considérée comme l’une des principales des critiques qui peuvent être adressée au capitalisme comme logique sociale et économique. La pre-mière partie examine les différents types de critique du capitalisme pour mesurer les enjeux de la critique de son caractère exploitatif. La deuxième partie analyse les justifications de la thèse du caractère exploitatif du capitalisme, en soulignant que ses justifications ne sont pas toutes tributaires de la théorie de la valeur de Marx, contrairement à ce qui est parfois affirmé. La troisième tente de mesurer la portée de la critique du caractère exploitatif du capitalisme en examinant le rôle que l’ex-ploitation joue dans les rapports sociaux de domination genrés et racialisés. C’est alors la question des approches intersectionnelles de l’exploitation qui est discutée.

Tel qu’il fut forgé aux premières heures du développement du mouvement ouvrier, le concept d’exploitation avait principalement pour fonction de développer une critique du capitalisme.

Il conserva cette fonction chez Marx et dans l’histoire du marxisme qui a longtemps revendiqué un monopole en matière de critique du capitalisme, et qui a fondé cette dernière sur la thèse du caractère exploitatif du capitalisme tout en revendiquant également le monopole de l’usage scientifique du concept d’exploitation. Rien de tout cela ne va plus aujourd’hui de soi. La philosophie analytique a élaboré des théorisations de l’exploitation éloignées des intuitions marxiennes. Les théories féministes ont montré qu’une pluralisation des conceptions de l’exploitation était requise car l’exploitation patriarcale n’est pas réductible à l’exploitation capitaliste, même en admettant qu’elles s’articulent étroitement l’une à l’autre.

Il n’est pas moins évident que la critique du capitalisme peut se fonder sur d’autres principes que ceux d’une théorie de l’exploitation. Cette pluralisation des conceptions de l’exploitation et des formes de la critique du capitalisme invite à considérer à nouveaux frais les enjeux, les justifications et la portée de la thèse du caractère exploitatif du capitalisme. Nous commencerons par souligner que la critique du capitalisme est irréductible à la critique de son caractère exploitatif bien que cette dernière doive continuer à jouer un rôle décisif dans tous les projets destinés à analyser les logiques économiques et sociales du capitalisme, de même que dans ceux qui visent un horizon post-capitaliste. Nous expliquerons ensuite pourquoi la thèse du caractère exploitatif du capitalisme peut faire l’objet de justifications indépendantes de la théorie de la valeur sur laquelle elle est fondée chez Marx. Nous discuterons enfin la portée de cette thèse en analysant les contributions respectives des rapports sociaux de classe, de sexe et de race aux processus exploitatifs qui traversent les sociétés capitalistes.

--

--

The University of Florence is an important and influential centre for research and higher training in Italy

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store